Versión Española Versión Mexicana Ibercampus English Version Version française Versione italiana

23/11/2017  
    à Ibercampus à  | Comité de rédaction | Qui sommes-nous? | Idéologie | Contactez | Souscrire | RSS RSS
Politiques
Les politiques d´inclusion
I+D+i
Capital humain
Économie
Culture
Stratégies vertes
Santé
Société
Sportif
Procédure
Entrevues
Éducation
Bourses d´études et de pratiques
Emploi et formation
Amérique latine
Évolution chez les jeunes
Entreprises et RSE
Universités
Appels
 Empresas y RSC
ALSTOM
ARCELORMITTAL
BNP PARISBAS
BOUYGUES
CARREFOUR
CREDIT AGRICOLE
DANONE
EADS
EDF
GDF
HERMÈS
LA POSTE
LAFARGE
LMVH
L'ORÉAL
MICHELIN
ORANGE
PERNORD RICARD
RENAULT
SAFRAN
SANOFI
SOCIÉTÉ GÉNÉRALE
TOTALE
VEOLIA
VINCI
VIVENDI
 Universidades





















































ÉCONOMIE

Alstom : l´UE suspend son enquête, GE prêt à des concessions


Alstom est un leader mondial dans la production et la transmission d´électricité et dans l´infrastructure ferroviaire et est cotée en bourse à Paris. Le groupe est présent dans plus de 100 pays. Les trois domaines d´activité sont couverts par quatre secteurs: énergie thermique, énergies renouvelables, transmission de l´électricité et transport. Lors de l´exercice 2013/14, le groupe a réalisé un chiffre d´affaires de 20,3 milliards d´euros, enregistrant 21,5 milliards d´euros de commandes.
LMM 19/5/2015 envoyer à un ami
Comparte esta noticia en TwitterComparte esta noticia en FacebookComparte esta noticia en TwitterAñadir a del.icio.usAñadir a YahooRSS
General Electric a indiqué lundi que la Commission européenne avait suspendu momentanément son enquête sur son rachat pour 12 milliards d´euros du pôle énergie du fleuron français Alstom et s´est dit prêt à des concessions pour obtenir le feu vert de l´UE.

"La Commission européenne nous a notifié qu´elle avait temporairement arrêté sa montre dans la procédure d´enquête" concernant Alstom, a indiqué le groupe de Fairfield (Connecticut, est) dans un courriel transmis à l´AFP. Pour l´instant GE se veut optimiste : "c´est une étape procédurale et nous nous attendons à ce que la montre reparte cette semaine".

Ce fâcheux contre-temps pourrait toutefois bouleverser le calendrier arrêté, qui prévoit une finalisation de l´opération au second semestre, avec un feu vert de Bruxelles d´ici le 6 août. En effet, même si la Commission reprenait l´examen du dossier GE-Alstom "cette semaine" comme l´affirme GE, sa décision n´interviendrait pas avant mi-août, reconnaît Seth Martin, un porte-parole de GE. "Ce serait aux alentours du 20 août", calcule-t-il.

Le groupe américain, qui a fait d´Alstom une pièce essentielle pour son retour à ses racines industrielles, se dit prêt à des concessions pour éviter un veto de l´UE. "Nous sommes prêts à explorer des remèdes pour finaliser cette opération" mais "ils doivent préserver les fondamentaux économiques de l´accord", affirme le conglomérat.

Seth Martin a souligné que le groupe n´avait pas encore décidé s´il allait ou pas procéder à des cessions d´actifs pour contenter les régulateurs européens. "Nous ne sommes pas encore entrés dans le détail des concessions parce qu´on n´a pas encore reçu la déclaration d´objections de l´UE", a-t-il expliqué.

La Commission européenne a ouvert le 23 février une enquête approfondie sur la vente du pôle énergie d´Alstom à GE. Elle estime que cette opération à 12 milliards d´euros pourrait poser des problèmes de concurrence sur le marché des turbines à gaz de haute puissance. Celui-ci ne compte que quatre concurrents au niveau mondial : GE, Alstom, Siemens et Mitsubishi Hitachi Power Systems (MHPS).

Gardienne de la concurrence en Europe, la Commission craint que cette opération conduise à une hausse des prix, un choix réduit pour les consommateurs et à une moindre innovation dans le secteur. La semaine dernière, le PDG de GE Jeffrey Immelt a rencontré à Bruxelles la commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager. "Nous avons un dialogue constructif et nous nous focalisons sur une issue heureuse qui préserve les fondamentaux économiques de l´accord", souligne-t-on chez GE.

Le groupe américain veut éviter une répétition du scénario de 2001 qui avait vu sa décision d´acquérir pour 42 milliards de dollars son compatriote Honeywell être bloquée par les régulateurs européens.


Autres questionsÉconomie
La Grèce dit un « non » fort à ses créanciers
Les banques françaises ne sont pas aussi vertes qu´elles l´affirment
Veolia acquiert Altergis, et fait la concurrence à EDF et GDF Suez
La Commission européenne affiche son optimisme sur la reprise économique
Airbus Group a annoncé le dépôt d´une plainte con les services de renseignements allemands
Les profits d´Apple bondissent
Surface 3, La nouvelle tabllete de Microsoft
Jean Tirole, Prix Nobel d´Economie 2014
La Revue trimestrielle fait apparaître une reprise encore fragile dans l´UE
PLF 2015 : budget en hausse pour l´Enseignement supérieur et la Recherche

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter
L´inclusion financière
Égalité de traitement entre égaux
Carlos Trias
Voulez-vous un blog de votre choix et de lire dans tous les collèges?
Découvrez ici
LIVRES
Le capital fictif, Comment la finance s´approprie notre avenir.
Comment sommes-nous devenus si cons?
Une France sous influence
Merci pour ce moment
Le mal napoléonien
Moi, Malala, je lutte pour l´éducation et je résiste aux talibans
THÈSES ET MÉMOIRES
Mentions légales | Politique de confidentialité | Comité de rédaction | Qui sommes-nous? | Idéologie | Contactez | Tarifs Flyer | RSS RSS